“S’ils nous trouvent dans la brousse, ils vont nous égorger”

Après l’explosion de violence qu’a connue le pays en 2013 et 2014, puis la relative accalmie qui l’a suivi, des combats et de nouvelles exactions contre les populations ont repris dans l’est du pays. Depuis novembre 2016, les affrontements (notamment dans les préfectures d’Ouaka, de Haute-Kotto et de Mbomou) entre groupes armés s’accompagnent d’attaques ciblées contre les civils, souvent sur la base de critères ethniques ou religieux.

Mossoul – MSF traite les urgences à Qayara

Situé à 60 km au sud de Mossoul, l’hôpital ouvert par MSF à Qayara est suffisamment loin pour que le bruit des bombardements et des tirs d’artillerie n’arrive pas jusque-là, mais suffisamment près pour que des blessés y soient amenés quand les autres structures médicales plus proches de la ligne de front sont débordées.

Les réfugiés bloqués en Grèce sont plongés dans le désespoir

Moamar Zaqarit, réfugié syrien, sa femme Rawan et leurs deux jeunes enfants sont bloqués en Grèce depuis un an. Comme des milliers d’autres, ils sont plongés dans l’incertitude, attendant d’être transférés vers un autre pays européen pour y commencer une nouvelle vie. Bien qu’ils soient à l’abri des bombardements, l’attente est très pesante sur le plan émotionnel et psychologique, creusant encore davantage les cicatrices de la guerre et de l’exil.

2016 : les équipes MSF auprès des plus vulnérables

Chaque année, la violence et le désespoir poussent des milliers de personnes à risquer leur vie dans un voyage dangereux à travers la mer Méditerranée et au sein de l’Union Européenne. MSF se mobilise pour apporter soutien et soins à ces hommes, ces femmes et ces enfants, notamment en Grèce et en France. L’accueil enLire la suite « 2016 : les équipes MSF auprès des plus vulnérables »

Géorgie : combattre « le dragon à neuf têtes »

En périphérie de Batoumi, ville balnéaire de la mer Noire très appréciée des Géorgiens, des Russes, des Turcs et des Israéliens, Teimuraz Ajiba pose, assis, pour un portrait. Nous sommes devant l’hôpital délabré de traitement de la tuberculose. Teimuraz Ajiba affiche un large sourire ; il est à la fois fort et élancé. Il raconte se sentir mieux, malgré un arrêt des traitements pour que son foie se remette des médicaments toxiques et le fait que la tuberculose ne soit pas son unique problème. En effet, il souffre également d’une hépatite B, d’une hépatite C, d’un cancer de la peau et du VIH.

Une goutte d’eau dans la mer

Ils ont survécu à l’asservissement, aux enlèvements, aux persécutions, à la pauvreté, et même, dans certains cas, aux agressions sexuelles. Pour eux, le seul espoir à l’horizon se trouve de l’autre côté de la Méditerranée. Ils savaient que le voyage serait long et même dangereux. Et pourtant, ils ont décidé de prendre ce risque enLire la suite « Une goutte d’eau dans la mer »

PAS DE VALLÉE SANS OMBRE

« Pas de vallée sans ombre » est un récit personnel et un hommage – tel que s’en souviennent le personnel de MSF et d’autres – à la façon dont les activistes et les personnes souffrant du sida ont lancé la plus grande révolution sanitaire d’Afrique du Sud : des soins contre le VIH gratuits et pour tous.

Au bout de l’exil, la rue

En février 2020, le gouvernement grec a reçu des fonds de l’Union européenne afin d’augmenter le nombre de logements mis à disposition pour les demandeurs d’asile et les réfugiés en Grèce continentale. Cependant, un amendement à la loi sur l’asile a été voté prévoyant l’expulsion pure et simple des réfugiés vivant dans des logements sociaux sur le continent, afin de laisser la place à ceux qui vivent actuellement dans des conditions inhumaines sur les îles grecques. Plus de 11 000 personnes risquent aujourd’hui d’être expulsées, sans aucune aide financière.

Lutter contre le coronavirus au cœur de l’Amazonie

En mai 2020, les équipes MSF ont renforcé leur intervention dans l’État brésilien de l’Amazonas, à la suite d’une augmentation alarmante du nombre de cas positifs à la Covid-19. Aujourd’hui, les activités ont cessé dans l’Amazonas face à une baisse des cas, mais MSF continue d’intervenir dans l’État voisin de Roraima, à la frontière avec le Venezuela. Retour sur trois mois d’intervention au coeur de la forêt amazonienne.