Lutter contre le coronavirus au cœur de l’Amazonie

En mai 2020, les équipes MSF ont renforcé leur intervention dans l’État brésilien de l’Amazonas, à la suite d’une augmentation alarmante du nombre de cas positifs à la Covid-19. Aujourd’hui, les activités ont cessé dans l’Amazonas face à une baisse des cas, mais MSF continue d’intervenir dans l’État voisin de Roraima, à la frontière avec le Venezuela. Retour sur trois mois d’intervention au coeur de la forêt amazonienne.

C’était Dasht-e-Barchi

En 2014, MSF ouvre un service de soins obstétricaux et néonatals d’urgence à Dasht-e-Barchi. C’est le seul service de ce type pour les habitants de ce quartier du sud-ouest de Kaboul, la capitale afghane. Le 12 mai 2020, des hommes armés attaquent la maternité avec pour seul objectif de tuer des mères. Le bilan est dramatique : 24 personnes dont 15 femmes et une sage-femme décèdent sous les balles ce jour-là. 20 autres personnes sont blessées.

LESBOS, PRISON À CIEL OUVERT

Aujourd’hui, le camp de Moria sur l’île grecque de Lesbos accueille plus de 20 000 personnes. Depuis 2015, MSF y est présente pour leur porter assistance. Quatre ans après l’accord signé entre l’Union européenne et la Turquie, prévoyant le maintien des migrants et réfugiés sur le sol turc, la situation des personnes en exil n’a jamais été aussi alarmante en Grèce. La pandémie actuelle de Coronavirus rend plus qu’urgente l’évacuation des camps grecs.

DOS AU MUR

Les récentes politiques migratoires imposées par les États-Unis et le Mexique prennent au piège des milliers de Centraméricains fuyant les violences dans leurs pays et les forcent à survivre dans des conditions de plus en plus précaires et dangereuses, souvent au péril de leurs vies. Sur la plus importante route migratoire au monde, les équipes MSF soignent des dizaines de milliers de migrants et de réfugiés tout au long de leur périple.